Partir à l'étranger constitue un véritable challenge pour beaucoup de jeunes et les bénéfices d’une telle expérience sont importants ! Au-delà de l'acquisition de nouvelles compétences, avoir vécu une expérience à l'étranger attire souvent l'attention des professionnels et reste un atout pour ta future carrière. Il y a cependant quelques points à prendre en compte afin de tirer le meilleur parti de cette mobilité.

Mettre en valeur sa mobilité dans son CV

Une expérience à l'étranger constitue un vrai plus sur ton CV ! Cela démontre ta motivation, ta capacité d'adaptation et d'autonomie. Il est donc important de la valoriser sur ton CV en mettant en avant les compétences et les connaissances développées au cours de cette mobilité. La plateforme Europass, créée et mise à disposition gratuitement par la Commission européenne, peut t’aider à mettre en forme ton CV, y compris dans différentes langues.

Cette expérience peut évidemment faire l'objet de questionnements au cours d'un entretien d'embauche ou scolaire. Pour éviter toute surprise, il est conseillé de bien se préparer à l'avance aux éventuelles questions qui te seront posées, pour encore mieux la valoriser.

Sache que la mise en page et la longueur du CV varient selon le pays et le motif de ta candidature. Par exemple, les CV demandés par les établissements d'enseignement supérieur ne sont pas les mêmes que ceux demandés par les entreprises.

Valoriser ses compétences linguistiques

Qui dit bouger à l’étranger, dit améliorer ou approfondir la connaissance d’une langue !

La maîtrise d’une langue étrangère constitue un véritable atout pour ta future carrière. Il est donc important de faire apparaître tes compétences linguistiques sur ton CV. Il est en revanche déconseillé d'utiliser des étoiles ou des points pour préciser ton niveau. Le mieux est d’utiliser le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) et ses six niveaux de compétence linguistique (A1 à C2).

La fin de mobilité est d'ailleurs le meilleur moment pour passer un examen de langue et/ou des certifications qui évalueront ton niveau. Les jeunes en mobilité Erasmus+ ou les volontaires du Corps européen de solidarité peuvent quant à eux bénéficier de la plateforme linguistique OLS pour estimer leur niveau de langue à la fin de leur séjour.

Demander les documents utiles

En fin de mobilité, n'oublie pas de demander des preuves, comme l'attestation de fin de stage Erasmus+ ou des lettres de recommandation, qui sont difficiles à obtenir une fois de retour en France. Pour les volontaires en Corps européen de solidarité ou les participants en échange de jeunes Erasmus+, les organisations peuvent leur délivrer un Youthpass, un certificat faisant le point sur les compétences acquises durant le séjour.

Ces documents te permettront de justifier et de valoriser ton expérience. En effet, même une simple lettre de recommandation peut être très utile pour booster ta candidature.

Valoriser sa mobilité pendant une année de césure

L’année de césure permet à des étudiants d’interrompre temporairement leurs études ou de faire une pause juste après le bac, en vue d’effectuer une mission de volontariat ou de bénévolat, de travailler, de faire un stage ou encore de se former dans un autre domaine.

Il s’agit d’un dispositif encadré par la loi française et qui donne droit à des avantages (maintien du statut étudiant, place garantie dans la formation souhaitée l’année suivante, valorisation de la période de césure dans le cursus, accompagnement…). Il est tout à fait possible d’effectuer sa césure à l’étranger.

A noter !
Bien que la période de césure bénéficie d’un cadre légal national, chaque établissement définit sa mise en œuvre tout en respectant les principes énoncés par les textes officiels. Il est nécessaire d’envoyer une demande officielle de césure à ton établissement pour pouvoir en bénéficier et motiver ta candidature. L’établissement est libre de l’accepter.

Au retour, le séjour passé à l’étranger peut être valorisé (sous forme de crédits ECTS ou autre). Renseigne-toi auprès de ton établissement pour connaître les modalités de valorisation de ta césure.

Plus d’informations sur www.etudiant.gouv.fr

Acquérir des droits supplémentaires à la formation

Certains types de mobilité, notamment les missions de volontariat effectuées à l’étranger, peuvent être valorisés en France via le Compte engagement citoyen (CEC), lui-même rattaché au Compte personnel de formation (CPF).

En d’autres termes, les missions de volontariat de plus de 6 mois réalisées au titre du Service civique à l’international, du Corps européen de solidarité (CES), du Volontariat de solidarité internationale (VSI), ou du Volontariat international en entreprise ou en administration (VIE-VIA) donnent droit à 240 € en plus sur ton CPF (le CEC étant limité à 720 € en tout). Ceci pourra notamment t’aider à financer une qualification ou être accompagné.e pour une VAE.

Faire partie d’un réseau international

Passer plusieurs mois à l'étranger en rencontrant de nombreuses personnes de différents pays permet de se construire un réseau international. Ce réseau est constitué d’amis, de professionnels, de structures...et s’avère très utile à l‘avenir. Il est vivement conseillé de garder contact avec ces personnes.

Valoriser ses compétences transversales

Développée à l'initiative de l'Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ), AKI-App permet aux jeunes de valoriser leurs compétences lors de leurs mobilités internationales. L'outil permet de comprendre comment les jeunes peuvent développer leurs compétences lors d'une mobilité. Pour en savoir plus.

Article mis à jour le 01/07/2021