Vie pratique à l'étranger
 

Tu auras besoin de documents d’identité et de circulation adaptés à ta destination et/ou au but de ton séjour (tourisme, études, emploi, volontariat…). Ceux-ci peuvent donc varier :

  • En Europe : pour se rendre dans un autre pays de l'Union européenne ou dans l'Espace Schengen, tu auras juste besoin de ta carte d’identité OU de ton passeport pour te déplacer. Si ton séjour dure plus de trois mois, il peut parfois être nécessaire de s'enregistrer localement auprès des autorités étrangères compétentes.
  • Hors Europe : le type de documents que tu dois présenter dépend du pays d’accueil, de la durée et du but de ton séjour. La plupart des pays hors de l'UE exigent un passeport et un visa adapté à l'objet de ton voyage (tourisme, emploi, études...) pour entrer sur leur territoire. En savoir plus.

Les citoyens des États membres de l'UE peuvent circuler librement dans l'Espace Schengen. Toutefois, comme certains États membres de l'UE (Irlande, Croatie, Roumanie et Bulgarie) ne font pas partie de l'Espace Schengen, des contrôles d'identité sont effectués aux frontières de ces pays. Il te suffira de montrer soit ta carte d'identité, soit ton passeport. De plus, afin de prévenir des infractions transfrontalières, des contrôles d'identité ponctuels peuvent être opérés même aux frontières des pays membres de l'Espace Schengen. Il est donc conseillé de se munir d’un document d'identité pour éviter tout problème.

Ça dépend où. Le permis de conduire français est reconnu dans tous les pays de l’UE et de l'Espace économique européen. Depuis 2013, les permis délivrés dans les pays membres de l'UE ont un format européen standard.

Hors Europe, même si le permis français est valable dans la plupart des pays non-européens, son utilisation dépend de chaque destination. Il peut généralement être utilisé pour 3 mois, en complément ou non d’un permis international. A partir d’une certaine durée, il est souvent nécessaire d’obtenir un permis local.

Il est possible d'obtenir des informations sur le permis de conduire à l'étranger par pays sur le site internet de la Sécurité routière. Il est aussi conseillé de se renseigner sur les règles locales de sécurité routière et de circulation (ex : nécessité ou non de vignette pour circuler avec sa voiture). En savoir plus.

La santé est une compétence des Etats. Chaque pays a donc son propre système de santé avec ses spécificités (mode et tarifs de consultation, taux et mode de remboursement).

  • En Europe, les citoyens européens bénéficient des mêmes conditions d’accès aux soins de santé, et avec les mêmes tarifs, que les citoyens du pays d’accueil, grâce à la carte européenne d'assurance maladie (CEAM). Attention, il ne s’agit pas d’une carte vitale : les tarifs de consultation, ainsi que le taux et le mode de remboursement dépendent du pays d’accueil. Le cas échéant, un remboursement est possible par l’assurance maladie en France, sur justificatifs et selon les barèmes en vigueur. Les soins programmés à l’avance dans un autre pays de l’UE ne sont cependant pas couverts. En savoir plus.
  • Hors Europe, tes droits dépendent des conventions de sécurité sociale conclues entre la France et les pays partenaires, de ton profil et du but de ton séjour. Dans la plupart des cas, seuls les soins urgents imprévus peuvent être remboursés. Il est en général vivement conseillé de souscrire à un contrat d'assistance ou d'assurance privé pour te couvrir en cas reste à charge. En savoir plus.

Il est recommandé de se renseigner sur le système de protection sociale du pays de destination auprès du CLEISS. Pense également à une complémentaire santé pour tes soins à l’étranger si la sécurité sociale couvre une partie seulement des frais de santé, ainsi qu’à une assurance rapatriement et responsabilité civile. En savoir plus.   

Tout dépend de la durée de ton séjour, de ta destination et des clauses offertes par chaque banque :

  • En Europe, les pays de la Zone Euro (attention, tous les pays de l’UE n’en sont pas membres) font partie d’une union monétaire. Concrètement, les retraits, paiements par carte bancaire et virements sont facilités, voire même souvent sans surcoûts. Il n’est donc pas forcément nécessaire d’ouvrir un compte bancaire dans ce cas. Cela dépend des conditions commerciales de ton contrat avec ta banque française.
  • En cas d’utilisation de ta carte hors Zone Euro (autres pays européens et non-européens), les retraits, paiements par carte et virements peuvent être facturés. Les surcoûts varient en fonction des banques. En cas de court séjour, cela n’est pas forcément handicapant, mais il sera économiquement plus intéressant d’ouvrir un compte localement si ta mobilité perdure.  

Il est donc nécessaire de consulter ta banque et de te renseigner sur les conditions d’utilisation de ta carte avant de partir à l’étranger. Préviens aussi ton conseiller bancaire de ton départ afin d’éviter tout blocage de ta carte bancaire une fois à l’étranger (blocages probables par mesure de sécurité).

Ça dépend où. Depuis juin 2017, et uniquement en cas de déplacement dans un autre pays de l'UE, il n’y a pas de frais supplémentaires pour utiliser son mobile. Les appels, l’envoi de SMS (que ce soient vers les numéros français ou européens) ou encore l’utilisation d’internet se décomptent du forfait français, sans majoration financière supplémentaire. De même, recevoir des appels ou des SMS en itinérance ne fait l'objet d'aucun surcoût. Attention, ces avantages tarifaires ne sont valables qu’en cas d’itinérance (voyage) : appeler un numéro étranger depuis la France sera facturé aux tarifs définis par ton opérateur.

En dehors de l'UE, ces services peuvent coûter cher ! Il est nécessaire de vérifier les prix auprès de ton opérateur avant de partir. En savoir plus

En cas de besoin, les Ambassades et les Consulats de France dans le pays d’accueil accompagnent les ressortissants français dans près de 160 pays. Leurs coordonnées sont disponibles dans la rubrique "Conseils aux voyageurs" du Ministère des Affaires étrangères. Si, hors UE, il n’y a pas d’Ambassade de France dans ton pays de destination, tu pourras bénéficier de l’aide d’une ambassade d’un autre pays de l’UE (droit au tant que citoyen européen). Par ailleurs, certaines associations peuvent également aider les Français à l’étranger (Union des Français à l’étranger, ADFE, FIAFE…).

Le site Ariane permet aux citoyens français à l'étranger de recevoir des renseignements ou consignes de sécurité dans le pays de destination. Le service, étant gratuit, permet aux voyageurs d’être informés des risques possibles durant leurs voyages.  

En savoir plus.

Il est important de noter les contacts d’urgence du pays de destination (police, service d'aide médicale…). Une liste des numéros d’urgence locaux est disponible sur le site de l’ambassade de France pour chaque pays. En Europe, le numéro européen 112 permet de contacter les services d’urgence depuis n’importe quel pays.

Les consulats français dans le pays d’accueil peuvent aussi t’aider en cas d’urgence ou de catastrophe. Les services consulaires assurent une permanence 24/24h, mais ne sont disponibles en dehors des horaires d’ouverture que pour de véritables urgences immédiates et avérées. Ce ne sont pas des agences de voyages ou des agences bancaires et elles ne peuvent pas intervenir dans un procès judiciaire. Attention, les Ambassades de la France maintiennent des relations diplomatiques avec les Etats et ne sont pas les points d’accueil du grand public.

Si tu as peur de rester isolé.e à l’étranger, de nombreuses solutions peuvent t’aider. Les réseaux sociaux permettent de se faire des amis : par exemple, des groupes Facebook sont créés pour les jeunes internationaux. Il y a aussi des associations, comme ESN (Erasmus Student Network), qui organisent des événements pour les étudiants internationaux, ou encore des associations fédérant les Français à l’étranger.

Tu peux également rencontrer d'autres personnes dans des bars, des cafés, des salles de sport, des associations où tu peux t’engager comme bénévole ou encore dans les salles de classe. Habiter dans une résidence étudiante ou dans une colocation est un autre moyen de rencontrer d'autres personnes.

Il est tout à fait normal si tu ne te sens pas à l’aise avec une autre langue. Certains projets de mobilité internationale n'exigent pas de niveau linguistique particulier (Service Civique, Corps européen de solidarité, chantiers internationaux…), contrairement à d’autres qui peuvent demander des compétences linguistiques minimales. Par exemple, si tu envisages d'étudier ou de travailler à l’étranger, un certificat de langue peut être exigé.

Il existe plusieurs méthodes pour progresser en langues : des cours avec un professeur, des cours gratuits en ligne, des applications à télécharger sur ton mobile, en discutant avec d'autres jeunes internationaux, en participant à des cafés linguistiques, en écoutant de la musique ou en regardant des films dans leur langue d'origine. Mais le meilleur cours de langue : c’est l’immersion !

Plus d’informations dans la rubrique “Starter Pack du voyageur”.

 

N'hésite pas à solliciter un rendez-vous auprès d'un conseiller So Mobilité pour t'accompagner dans ton projet à l'étranger.

Article mis à jour le 05/07/2021